L'Alsace, le 06/06/2011

Moment d’émotions avec l’ensemble polyphonique Vox Vagans. Des harmonies qui font vibrer l'âme et le ciel s'éclaire...  Photo Matthieu Dutour
Moment d’émotions avec l’ensemble polyphonique Vox Vagans. Des harmonies qui font vibrer l'âme et le ciel s'éclaire... Photo Matthieu Dutour

        "Proposé sous les voûtes de l’église Notre-Dame de Saint-Louis, le concert de chants anciens et renaissance de ce samedi a subjugué le public.

Ils se sont donné un nom peu commun ces jeunes choristes ayant tous fréquenté la Schola Cantorum de Bâle. « Vox Vagans, qui fait penser à une voix qui voyage. Comme la cinquième voix d’une polyphonie de plus de quatre voix dont l’emplacement est variable, nommée quinta vox ou encore vagans », confiait Tiago Mota.

Et le voyage offert samedi soir était de toute beauté. Une première partie avec des créations du début du XIVe siècle, puis une douzaine de compositions Renaissance, « des déplorations qui désignent un poème en musique composé à l’occasion de la mort d’un personnage illustre pour célébrer ses mérites et exprimer le regret de sa disparition » expliquait quant à lui Mathias Spoerry.

Toutefois, point d’atmosphère lugubre dans cette approche polyphonique, mais un vrai arc-en-ciel d’émotions comme les moments ultimes d’un homme pouvaient en provoquer en ces siècles où la foi et l’appréhension de l’au-delà étaient emprunt des convictions judéo-chrétiennes.

« Une vraie ardeur, des accents dont l’harmonie monte au ciel, les nuages et la tristesse se dissipent et on entrevoit la lumière » soulignait Maryse de Saint-Louis, à l’écoute des Dulces exuviae à 4, Cur fernande, Non usitata et autres Doleo super te. On en redemande…"


le 06/06/2011 à 13:31 par Matthieu Dutour