Ce que le chant m'a apporté

Ce que le chant m'a apporté...

où il est question de voix, de timidité, d'acoustique de salle de bain, de pipi nerveux.

 

 

J'ai décidé de commencer ce blog sur le chant, la voix et la musique vocale par une petite introspection, je vais parler de moi… ; après tout, il est temps de faire connaissance !

Ce que le chant m'a apporté…

Ceux qui me connaissent aujourd'hui comme chanteuse lyrique ou baroque, prof de chant, chef de chœur ou conférencière, auraient sûrement du mal à me reconnaître dans la petite fille sauvageonne que j'étais. Vous croyez connaître des petites filles timides, du genre à ne pas répondre quand on leur parle, à se cacher dans les jupes ou les pantalons des parents, à ne pas regarder dans les yeux ? J'étais comme ça … mais en pire ! J'étais littéralement pétrifiée sur place quand il fallait traverser une cours de récré, une bibliothèque, ou n'importe quelle pièce remplie de monde. Je me cachais dans ma chambre quand mes parents recevaient, quitte à mourir d'envie d'aller aux toilettes plutôt que de traverser un couloir où on pourrait m'apercevoir et m'interpeler. Quant à dire bonjour à des étrangers... n'y pensez même pas !

Aujourd'hui, j'ai rencontré pour la première fois une asso qui m'embauche pour diriger une chorale qui vient d'être créée. Seule face à cette douzaine de personnes, je me sens à l'aise, calme, à ma place, comme un poisson dans l'eau, sûre de moi et de ce que je vais leur transmettre. Eux, je les sens intimidés (surtout les plus jeunes !), pas très à l'aise – ils ne se connaissent pas et ne savent pas comment va se dérouler cette première séance ni si je ne vais pas les manger !

Tranquillement, je les amène à se sentir mieux, en plaisantant (mon humour à deux balles et mes blagues pourries... c'est dès la première séance que mes élèves en font connaissance !) en leur proposant des exercices auxquels ils ne s'attendent pas, en créant une connexion entre eux et avec moi. En leur donnant juste ce qu'il faut de points théoriques et de pratique pour leur faire sentir que ce que je veux est, certes, compliqué, mais possible et amusant ! A la fin de la séance, nous avons chanté (et ri) à gorge déployée, nous repartons tous avec des étincelles dans le regard et le sourire aux lèvres.

Heureuse, je raconte cette nouvelle rencontre à Matias et il me vient la pensée suivante : « Comment ai-je pu devenir ce que je suis maintenant quand je repense à la petite fille sauvage que j'étais ? » C'est vrai ça, comment cette timidité maladive a-t-elle disparu ? Malgré mes longues années d'études de psychologie, je n'ai jamais suivi de thérapie ! Non, la réponse est simple, c'est la pratique du chant qui m'a sauvée...

J'ai eu la chance de tomber dans le chant très jeune. Vraiment très jeune (photo pour preuve tout en bas de ce texte ! Petite bouille bouclée, c'est moi). Presque contre mon gré, mon frère et mes deux sœurs m'ont fait chanter... à cet âge-là, toute petite, je n'aimais pas trop ça, mais je voyais que ça faisait plaisir à ma fratrie, alors je suivais le mouvement. On chantait. Beaucoup. Tout le temps. Surtout des chants traditionnels français qu'on s'amusait à harmoniser. On chantait dans la voiture, on chantait le soir, et on chantait en se promenant. Avec mon frère on chantait avant d'aller dormir, au moment où on aurait dû se laver les dents, dans la salle de bain...

Et dans la salle de bain... la magie opérait … l'acoustique ! L' ACOUSTIQUE ! Haaa l'acoustique magique des salles de bain... là où cette illusion auditive vous fait croire que votre voix est puissante ! Dans cette magnifique acoustique de salle de bain, mon frère, de 5 ans mon aîné, a entrepris, sans même s'en rendre compte, de m'apprendre la musique. Il jouait déjà de la guitare, et avait plus de notions musicales que moi (forcément, je partais de 0 !) et on expérimentait sur les quintes parallèles, les quartes parallèles (ouh ! Ça sonne étrange aux oreilles !) ; et pour notre plus grand plaisir, nous expérimentions sur les dissonances en chantant des morceaux entiers sur des secondes parallèles (ouch!) ; ou des quintes diminuées (pas très fastoche quand même !)… Ainsi, sans s'en rendre compte et en s'amusant, nous étions en train de nous former l'oreille musicale et une bonne justesse vocale !

A force d'harmoniser à tout va, surtout à 4 voix avec les deux grandes sœurs, nous avons légèrement attiré l'attention, si bien que quand ma seconde sœur s'est mise à composer sa propre musique, en s'accompagnant de sa guitare et que mon frère s'est mis à bidouiller des arrangements sans rien connaître de l'harmonie mais vivant avec une guitare à la main, hé bien... une connaissance de la famille nous a dit la fameuse phrase : « Vous devriez enregistrer un CD ! » ; avec quels sous ? « Faites un bon de souscription ! » Soit. Ma sœur aînée (très aînée, presque 15 ans d'écart) a pris ça en mains, et j'avais 12 ans quand je me suis retrouvée dans un studio d'enregistrement face à un micro pour la première fois... (Et donc mon frère avait 17 ans, ma sœur compositrice avait 24 ans et ma sœur organisatrice 27 ans).

Nous chantions tous les quatre, c'était intuitif et charmant.

Et puis ils ont eu l'idée de me faire chanter un solo... toute seule devant un micro dans un studio d'enregistrement, mon frère insiste pour que je chante le futur tube « Je suis trop jeunette » (sans blague !), mais en fait d'être jeunette, j'étais surtout trop timidette pour chanter seulette ! Mon frère comprend la situation : « Sortez tous, tonnerre ! » ; alors on me laisse seule pour chanter mon petit morceau, et dans la cabine de l'ingénieur du son, tous espèrent que je vais oser chanter.

J'ose, bien sûr.

Je fais une prise... je descends dans la cabine de l'ingénieur du son, et là, je me rappellerai toujours du regard de celui-ci, un peu amusé, un peu surpris, attendri...

Nous recevons ce CD, terminé, pressé... une expérience incroyable pour moi qui apprenais à ce moment-là la rigueur du musicien : répéter, répéter, toujours répéter... enregistrer 30 fois la même séquence, la ré-écouter 200 fois jusqu'à avoir l'impression d'être sourd. Et surtout l'impression incroyable qu'en quelques jours, mon cerveau a changé … définitivement changé ! Je n'entends plus la même chose quand j'écoute de la musique... mes perceptions musicales sont désormais plus fines. J'entends les lignes de basse dans un morceau, j'entends les arrangements, j'ai l'impression de rentrer au cœur de la musique pour la première fois, comme si jusqu'alors j'étais restée en surface. A ce moment-là, je n'aime toujours pas vraiment chanter, mais j'aime, que dis-je, j'adore, entrer plus profondément dans l'univers de la musique, que je perçois alors (et toujours) comme un univers sans fin, magique et un peu mystérieux, à la croisée de tous les arts et de toutes les perceptions.

Bref, nous recevons notre CD terminé, pressé … et que faire alors ? Et bien, des concerts ! Moi la timide des timides, la sauvageonne des sauvageonnes, sur scène, devant des gens. Mon souvenir de ma première fois sur scène est intéressant : j'ai momentanément perdu la vue, de stress. Je suis montée sur scène (il n'y avait même pas de scène, c'était dans une salle du Museon Arlaten à Arles) et je ne voyais plus rien. Je ne voyais plus le public, c'était un grand trou blanc. Heureusement je n'ai pas perdu l'audition, et je crois avoir chanté. J'expérimentai aussi pour la première fois le pipi de trac... C'est à dire que vous faites pipi 20 min avant d'aller sur scène, et au moment de monter, paf, une envie pressante, inventée par votre corps sous le coup de l'adrénaline. Faudra d'ailleurs qu'on m'explique la théorie de l'évolution sur ce coup-là car je ne vois pas en quoi me pisser dessus augmenterait mes chances de survie face à un ennemi qui me poursuit. Serait-ce pour courir plus vite ? En même temps, je ne vais pas m'alléger de plusieurs litres, donc le bénéfice est limité en termes d'économie d'énergie pour prendre ses jambes à son cou. Bon, je n'étais pas la seule à expérimenter le pipi nerveux, comme nous l'appelions, je retrouvais toute ma fratrie devant la porte des toilettes juste 2 min avant le début du concert. Ça a duré longtemps, ces rendez-vous de salles de bain de l'extrême adrénaline ! C'étaient incontournablement le théâtre de petits gags entre nous, dûs à l'excitation et au trac. De bons souvenirs, quoi. Souvent, une personne plus censée venait nous interrompre en nous disant : « Chuuuut , on vous entend depuis le public ! » Cela ne freinait pas nos délires, bien entendu !

Alors voilà, on avait la chance de plaire au public, ma sœur et mon frère ont composé à tire-larigot, nous avons rapidement donné plusieurs dizaines de concerts par an, des répétitions presque chaque week-end, le festival d'Avignon tous les ans, avec parfois deux concerts dans la journée, le tractage en ville tous les jours, avec ce souvenir  : « Vous devriez sourire, mademoiselle, quand vous distribuez des tracts, ce serait plus agréable. » Mais moi, je suis une ado atrocement timide, j'ai envie de disparaître dans un trou, pas de parler aux gens dans la rue, d'une manière aimable de surcroît !

Parce que quand on est atrocement timide, on n’a pas l'air aimable, on a l'air d'être triste/ de se faire chier/ d'avoir peur/ ou l'air de rien du tout car on essaie de ne pas montrer ses émotions et les gens vous surnomment le cyborg. Oui, oui.

« J'ai adoré votre prestation mademoiselle, mais vous devriez sourire sur scène, comme votre sœur, ce serait tellement plus agréable pour le public ! Mais bon, vous chantez très bien, hein … »

Cette phrase, je l'ai entendue à chaque fois, chaque concert, plusieurs fois par concert, on a fait beaucoup de concerts... autant dire que j'ai entendu cette phrase et toutes ses $ *%@ de déclinaisons trop de fois … Comment expliquer aux gens la timidité, le trac, la peur, la boule dans le ventre... proche du malaise parfois ? Ça partait souvent d'un bon sentiment, mais ces phrases ne m’aidaient pas.

Nous avons fait notre petit bonhomme de chemin, des concerts mémorables, des lieux magiques et des lieux miteux, des grosses scènes avec des pointures, des concerts devant trois pelés (les organisateurs eux-mêmes qui disent à la fin , avec l'innocence des nigauds : « Si on avait su que c'était si bien, on aurait fait de la pub »... véridique, et pas qu'une seule fois!) Nous avons vécu des expériences inoubliables avec des amis musiciens, des festivals incroyables en Allemagne, plusieurs enregistrements dans des conditions à chaque fois très différentes et toutes enrichissantes.

La joie et l'excitation de faire tout ça en étant ado, c'est évidemment une expérience que je suis heureuse d'avoir vécu (malgré le trac!), en plus du plaisir de partager tout ça en famille. J'ai tellement appris à cette période-là, sur la musique et sur le monde des musiciens, je sais que toute ma carrière de chanteuse s'est enracinée dans ce terreau-là.

 

Si aujourd'hui je chante face à la foule sans aucun trac, juste avec le plaisir de chanter, ou que j'arrive à mettre à l'aise une assistance pour la faire rire et chanter, que j'arrive à regarder tout ce monde-là dans les yeux, c'est parce qu'en plus d'avoir vaincu ma timidité, j'ai pris confiance en moi. D'avoir fait tous ces concerts a sans doute eu une influence ; c'est bien en forgeant qu'on devient forgeron, soit, mais la véritable révolution a eu lieu en moi quand j'ai commencé à prendre des cours de chant.

J'avais 18 ans, j'en avais assez de ne pas pouvoir compter sur ma voix, parfois ça marchait bien, je ne savais pas pourquoi, et d’autres ça marchait mal et je ne savais toujours pas pourquoi ! Un jour j'en ai eu assez, j'ai décidé qu'il fallait enfin que j'apprenne à contrôler mon instrument et j'ai cherché un prof qui me convienne. Un prof de chant lyrique, pour apprendre les bonnes bases du chant, ça me semblait cohérent, mais je n'imaginais pas chanter du lyrique un jour, encore moins de la musique baroque, style que j'ai découvert petite, à la sortie du film « Tous les matins du monde » et qui m'a totalement bouleversée (la musique baroque, pas le film, beaucoup trop triste à mon goût).

J'ai eu la chance d'être tombée sur un bon prof de chant du premier coup (j'ai su plus tard que ça ne courait pas les rues !) qui m'a donné les bases voulues, qui m'a fait découvrir et aimer le répertoire et qui m'a donné des opportunités de travail quasi immédiatement (peut-être que j'écrirai un jour un petit récit sur cette période d'apprentissage où j'ai eu beaucoup de chance de rencontrer les bonnes personnes !). Encourageant, bienveillant, efficace et exigeant, ce professeur a posé pour moi les caractéristiques d'un bon prof de chant et c'est ce que j'essaie de mettre en pratique quotidiennement avec mes propres élèves.

La découverte de ma voix commence donc alors, avec le travail hebdomadaire de mon prof de chant et les heures que j'employais ensuite à la pratique, toute seule, dans mon appartement d'étudiante, tous les jours.

Sans le savoir, sans m'en rendre compte, je connectais ma voix à mon corps, mon corps à mes émotions, mes émotions à la musique, pour finalement prendre confiance, et petit à petit m'ouvrir aux autres, authentiquement.

A ce moment-là seulement j'ai pu sourire authentiquement aux autres.

D'un coup, j'ai vraiment aimé chanter, ce qui est paradoxal si on pense à ces centaines de concerts faits à l'adolescence, mais à cette époque, c 'était l'aspect familial, amical et créatif qui me plaisait. C'est dans le travail vocal que je me suis mise à adorer le chant. C'est grâce au travail vocal que j'ai appris à prendre ma place parmi les autres.

La technique vocale, avec son travail sur la respiration, l'ancrage, l'ouverture, la projection, la connexion à soi et aux autres etc... m'a transformée complètement. Je ne me rappelle même plus comment on peut avoir le trac et être intimidée au point de ne pas pouvoir regarder quelqu'un dans les yeux. Bien sûr ça a été un travail de longue haleine, de plusieurs années, mais comme j'aimais chanter, je n'ai jamais trouvé ça long ou pénible, je ne me posais pas de question, je travaillais ma voix pour le plaisir, la joie de progresser, sans me mettre de but. Un jour, on se retourne, et on se dit, ouf, quel chemin parcouru !

 

Ma rencontre avec d'autres professeurs a enrichi mon parcours, j'ai voulu aller plus loin en faisant le Conservatoire et une fac de musicologie, puis la prestigieuse école de Bâle où je me suis spécialisée en musique ancienne, pour mon plus grand bonheur ! D'autres disciplines ont changé ma vision du chant et mon enseignement, particulièrement le Do In, le Kyudo, et l'art du Ki ... j'y reviendrai peut-être dans un autre récit !

 

Quand à mon tour je me suis mise à enseigner le chant, en 2005, c'était un nouveau défi pour moi, surtout la première fois que j'ai dû animer un stage (je pense avoir expérimenté le pipi nerveux encore à cette occasion !) Mais j'avais l'envie viscérale de transmettre tout ce que le chant m'a apporté et m'apporte encore : le plaisir, l'émotion, le bonheur de partager la musique avec des gens qu'on aime et apprécie, la joie de se sentir en confiance, en pleine possession de sa voix, capable de faire voyager le public d'une émotion à une autre, la fierté d'avoir osé sortir de ma minuscule zone de confort et d'avoir bravé mes difficultés !

 

Mes élèves le savent : je les pousse gentiment à oser ! Je leur mets des petits défis (« Mais si, tu peux le faire! ») qu'on surmonte ensemble pour notre plus grand bonheur. J'ai la même admiration et tendresse pour une personne de 70 ans qui vient chanter pour la première fois que pour une petite fille de 12 ans qui a la trouille de chanter devant les autres, car les deux ont beaucoup de courage ! Je sais parfaitement à quel point ça peut être dur d'oser. Alors je donne toute mon expérience, mon parcours de chanteuse et de prof, toute mon attention, tous mes outils techniques et émotionnels, toute ma capacité d'empathie, pour leur permettre d'épanouir leurs voix, de se faire plaisir et de ressortir différents.

 

PS :

Pour la petite histoire, et pour ceux qui se posent la question, mes deux sœurs et mon frère sont toujours dans la musique et le chant, ce sont d'immenses artistes avec qui j'ai un plaisir fou à refaire de la musique quand l'occasion se présente, même si notre groupe n'existe plus depuis longtemps. Ma sœur Marine (la compositrice) s'est spécialisée dans les spectacles pour enfants, je vous laisse découvrir son univers sur son site www.marinemagrini.com . Mon autre sœur, Céline, l’aînée, (l'organisatrice) a un ensemble de musique médiévale, spécialisée dans les musiques du sud de la France et de l'Italie (azalais.com). Mon frère, Vincent, accompagne séparément mes sœurs (et moi aussi parfois : heureusement qu'il n'a pas huit sœurs !) ; il a aussi ses propres projets, des chansons à textes très poétiques (ou complètement barrés, ça dépend des moments) (Vincenzo Solo). De mon côté, j'ai suivi mon chemin de chanteuse lyrique et baroque...

A savoir que nous avons eu tous les quatre la même triste expérience à l'école quand nous étions petits : nos professeurs de musique au collège (des collèges différents!) nous ont tous prédit aucun avenir dans la musique ! Textuellement et sur les bulletins de note :

« - n'aime pas la musique ! » « n'a pas d'aptitude pour la musique » -  « ne sera jamais musicien » ou encore "quel dommage que Marine ne s'intéresse pas à la musique ! " 

... Voilà voilà !!!!

 

Si ces professeurs de musique se reconnaissent … un petit message  pour vous de la part de quatre musiciens qui vivent de leur musique : Encouragez les enfants au lieu de les mettre dans des cases ! Encouragez-les dans leurs passions, encouragez-les à oser ! Qui sait ce qu'ils arriveront à faire, avec du temps et de la bienveillance ?

 

QUESTION :

Et vous ? qu'est ce que le chant vous a apporté ? Je serai heureuse de lire vos témoignages en commentaire !

Lisa Magrini Blog Ce que le chant m'a apporté
en 1985 ou 1986 ... nos premières chansons à 4 voix ! Je suis la toute petite !
Lisa Magrini Blog Ce que le chant m'a apporté
1997, un reportage pour france 3 dans le cloître de St maximin
concert au Festival de Rudolstadt en Allemagne Lisa Magrini
En 1999, concert au Festival de Rudolstadt en Allemagne .
Commentaires: 22
  • #22

    Marie-josée (vendredi, 02 février 2018 02:07)

    Quel parcours ! j'ai adoré lire ton témoignage et te découvrir. Merci à tes sœurs et ton frère qui t'ont
    aidé à devenir cette merveilleuse personne qui aujourd'hui nous transmet l'amour du chant et de la musique avec tellement de chaleur et de simplicité, que je me suis sentie à l'aise dés notre deuxième cours de chant. Moi aussi j'étais une enfant comme toi très timide et complexée. J'ai découvert le chant et aimer chanter à 12 ans dans une chorale à l'école primaire. On me disait avoir une jolie voix mais dès que je devais chanter seule, aucun son ne sortait! J'ai toujours chanté par la suite pour moi à la maison. J'ai pris des cours de chant pour la première fois à 40 ans et c'est là où j'ai découvert les possibilités immenses d'une voix qui permet de sortir des émotions enfouies depuis des années et d' EXISTER! Une très bonne thérapie en somme... On apprend à se connaître un peu plus et oser se dévoiler. J'ai chanté par la suite dans plusieurs ensembles vocaux et je me suis permis de faire quelques solos. Toujours avec un trac immense, bien entendu. Mais je me sentais tellement moi à travers le chant que je n'ai jamais lâcher. Aujourd'hui j'ai 62 ans et j'ai toujours ce même plaisir et cette envie d'aller chercher plus loin à travers le chant. Avec toi et Matias je découvre une autre façon d'aborder les techniques du chant et .... J'adore! Je suis heureuse de vous connaître et de partager des moments de bonheur! Merci pour ce que vous donnez!
    Marie-Jo

  • #21

    Pierrette (jeudi, 01 février 2018 14:56)

    Merci ma très chère Lisa pour ton récit libre, inspiré, vrai,enthousiaste...tu nous livre un bien beau témoignage dans la confiance , la sincérité avec ton incroyable énergie positive et si pleine de sensibilité .Oui la petite fille sauvage comme tu dis est devenue une belle jeune femme rayonnante et c'est vers cet accomplissement de soi que tu veux nous amener par le partage de ta passion: le chant , la voix.La Voix avec un grand V , j'y ai toujours été sensible plus qu'à la musique , 2 voix qui s'accordent pour livrer un chant harmonieux et j'ai la chair de poule, je suis émue , je ressens une grande harmonie dans ma tête, mon corps et surtout mon coeur ....tout se dit dans un chant à plusieurs voix, c'est une communion, un baume apaisant pour l'ensemble de ma personne , c'est du domaine du ressenti .Et aujourd'hui , grâce à toi et à ton inséparable Matias j'ai trouvé ce chemin d'intériorité où quand je chante je cherche à ressentir l'unité qui est en moi .Bien sûr il y a la technique, le travail mais c'est bien plus subtil,plus "chaud" à l'intérieur .J'ai toujours chanté , ma fille me dit toujours "maman tu ne t'en rends pas compte mais tu chantonnes tout le temps, dès qu'on dit un mot tu pars sur une chanson, c'est fatiguant des fois", j'ai poussé la chansonnette d'abord dans les mariages avec ma soeur ainée ( nous étions très demandées eh! oui), puis en colo, pour mes enfants, puis un jour suite à une épreuve difficile , je suis allée faire un stage de chansons et là j'ai su que j'aimais vraiment chanter pour moi et les autres.J'ai donc intégré un groupe où nous chantions de la chanson française , pas une chorale , un atelier chant plutôt et nous faisions des concerts accompagnés au piano .J'ai appris, j'ai été stressée aussi ... J'ai arrêté plusieurs années jusqu'à ce jour , il y a 2 ans , où j'ai franchi la porte de votre maison et là...j'ai su que j'étais au bon endroit ,à bon port pour poser et redécouvrir ma voix et le bonheur de chanter .Merci pour votre gentillesse, votre rigueur , votre exigence mais toujours dans une grande empathie et écoute .Merci tout simplement d'être là , je suis au bord des larmes au moment où j'écris ces lignes ...oui j'ose vous le dire je vous aime beaucoup tous les deux et j'espère que nous aurons beaucoup de longs chemins enchantés ensemble.J'aime vous entendre chanter , vous le faites avec tant de coeur , vous nous(me) donnez votre magnifique voix à entendre mais pas que ....en écoutant bien, en fermant les yeux je vois votre belle âme .Merci à tous les membres de notre atelier, nous avançons pas à pas ensemble , nous nous découvrons dans ce que nous avons de plus intime: notre voix ,c'est le plus bel outil de partage (avec notre regard ).

  • #20

    Sabine (jeudi, 01 février 2018 08:02)

    Quels pèche, spontanéité et enthousiasme, bravo Lisa, je me suis réglée à lire l'aventure de ta vie de chanteuse !

  • #19

    Stéphanie (jeudi, 01 février 2018 01:35)

    Merci pour ce partage Lisa. Quel parcours !
    Pour ma part, j'ai toujours senti cette envie de chanter, mais je n'ai osé que depuis 4 ans.
    Je suis pourtant entourée de musiciens amateurs, qui ont un groupe et une super chanteuse, qui elle-même super timide ne voulait pas se produire en dehors du cercle très fermé des amis. Puis un jour elle a arrêté de chanter, et une autre chanteuse a rejoint le groupe. Débutante mais avec une super pèche, elle envoyait (c'est du rock) et prenait des risques. Il y avait beaucoup de fausses notes mais l'énergie était là. Puis elle a pris des cours et maintenant elle est au top.
    Lors d'une soirée entre amis, elle m'a tendu le micro. "Allez viens, on s'en fout, on s'amuse". Un peu perdue au début, je me suis vite laissée prendre au jeu, et j'ai vraiment aimé ça. C'était amusant et grisant. J'ai alors commencé à chanter à la maison avec youtube et ses karaokés. Je me suis enregistrée, écoutée, corrigée. Wahou ! Quel choc d'entendre ma voix ! Il m'a fallu du temps pour m'y habituer ! Puis comme les karaokés m'ennuyaient, j'ai pris la guitare et j'ai essayé de m'accompagner. Dur dur, mais cela me donnait un grand sentiment de liberté et de joie, et l'envie toujours plus grande de progresser.
    Puis un jour j'ai découvert que tu faisais des stages pas trop loin de chez moi. Et là une autre dimension du chant s'est ouverte à moi. Ta préparation corporelle, et cette manière que tu as d'aborder le chant de l'intérieur, avec le bol tibétain et tout le reste c'est magique ! J'ai senti mon corps vibrer, puis j'ai senti les vibrations du groupe dans le cercle. Un vrai bonheur !
    Je chante tous les jours. Dans la salle de bain évidemment, mais aussi dans toute la maison, ou en travaillant (je travaille seule c'est plus facile),... Et je fais l'expérience des vertus thérapeutiques du chant. Je me sens plus ouverte, plus joyeuse, plus détendue. Je sens l'énergie vitale circuler, et c'est trop bon !
    Un grand merci à toi Lisa qui m'a donné les clés pour ouvrir cette porte. Gros bisous.

  • #18

    Philippe (mercredi, 31 janvier 2018 16:08)


    J'ai bien aimé l'article de ton blog sur le chant !… On y sent bien que la pratique artistique n'est pas ce supplément d'âme qui serait un peu facultatif, mais un besoin, un besoin chevillé en soi, une piste vers soi (et les autres) que le travail seul révèle et ne cesse d'approfondir.

  • #17

    Marine Magrini (mercredi, 31 janvier 2018 16:01)

    à moi. Ce que m'a apporté le chant ? Mais de l’argent bien sûr ! haha ! Non , je plaisante. Ce fut toujours une évidence, la musique. Mes premières émotions musicales c'est mon père qui chante en s'accompagnant à la guitare. C'est un moment d'apaisement. Le son de cette guitare ne fait qu'un avec moi. J'ai l’impression de l'entendre dedans. Alors j'ai eu envie moi aussi de faire chanter les cordes, de sentir les vibrations directement contre moi. Et puis chanter dans la voiture à plusieurs voix avec maman, ça c'était magique ! ça devait nous faire un bien fou, et je n'en avais pas conscience. Quelle joie merveilleuse dans cette voiture. Puis au scout ! que de chants ! que de plaisir à s'écouter et à écouter pendant des heures les canons sans fin, nous étions liés et reliés les unes aux autres. L'oreille était gourmande, elle ne voulait jamais s'arrêter d'entendre et d'entendre encore ! Je me souviens aussi d'écouter "King Arthur" l'opéra de Purcell, mon Walk-man sur les oreilles, emportée sur mon vélo : je vois la beauté du paysage, je sens le vent et toutes les odeurs de la garrigue... et j'entends cela : j'entend la beauté des harmonies, les voix qui se mêlent, les notes qui s’entrelacent. Comment ne pas avoir envie d'ouvrir la bouche à son tour, prendre de l'air, lancer le son, loin, haut, beau, juste le plus possible. Tu évoquais la salle de bain comme lieu privilégié pour s'entendre chanter. Moi c'était les WC à Argilliers ! haha ! J'ai ce souvenir précis de chercher le son pur, un son qui ne soit pas "entravé", sans contrainte physique (je ne sais pas comment dire) enfin bref, j'expérimentais. je devais avoir une dizaine d'années. Et que dire du partage immense avec toi, Lisa Magrini, Vincent Magrini, Azalaïs Ensemble Azalaïs, qu'aurions nous pu faire qui nous rapproche plus ? Alors oui, ce souffle du chant, il est magique, même si on peut expliquer scientifiquement ce bien être qu'il apporte, c'est certainement de la magie ! Tu parlais, Lisa, de connexion; des dizaines de fois j'ai pris ma guitare et j'ai chanté, des dizaines de fois, je me suis sentis reliée, encrée et apaisée... Au bon endroit, au bon moment. C'est une chance inouïs de pouvoir vivre cela. Mais bon, ma cocotte ! moi la technique je me la mets en pendentif, alors il serait temps que tu me donnes des cours !!!!! je vais organiser un stage en Auvergne fissa-fissa !

  • #16

    Déborah Longuet-Coulomb (mardi, 30 janvier 2018 08:12)

    Merci Lisa, pour ces lignes que j'ai lu avec joie et curiosité...
    Merci pour ces belles émotions.

    Merci aussi pour tous les cours que j'ai suivi avec toi,
    ta douceur, ta patience, ta force tranquille, ta passion
    et bien sûr ton humour!
    Que de beaux souvenirs.
    Merci pour l'exemple que tu es,
    une femme, une soeur, une mère, une prof de chant,
    une chef d'entreprise passionnée...

    Belles bises à toi et à tous les tiens.

  • #15

    Carmen (lundi, 29 janvier 2018 14:55)

    Pour moi, le chant... ma grande sœur (de 2 ans de plus que moi) faisait ses devoirs avec le transistor collé à l'oreille car je ne supportais pas de travailler avec un fond sonore ! Plus tard au lycée, on me surnommait "la petite chanteuse" car je chantonnais pendant l'étude du soir et de ce fait... je l'imposais aux autres !!! Et ensuite, j'ai toujours chantonné : je devais tenir çà de mon père qui chantonnait beaucoup aussi...
    Trouver une chorale ? Bien trop impressionnant pour moi... je m'esquive !
    Et puis une petite chorale qui se met en place au village, et là, je me décide ! En une vingtaine d'années, les chefs se sont relayés... et j'y suis restée et même mes petites-filles savent que c'est important : le mardi soir, c'est réservé !!! C'est une moment de détente incroyable, je relâche toute la tension de la semaine et je baille terriblement !
    Et avec toi Lisa, et avec Matias aussi, la justesse, la précision, la technique que vous nous insufflez, c'est juste GENIAL ! Merci, un grand merci pour votre professionnalisme et pour tout ce que vous cherchez à nous insuffler !!!

  • #14

    marinette6 (lundi, 29 janvier 2018 07:27)

    après un cancer, le chant que je pratiquais déja avant, m' a aidée à me reconstruire et reprendre confiance
    chanter, il faut travailler,mais ça donne trop la pêche, bonheur de tout d'un coup être en harmonie avec les autres voix, tu te dis magique, le son que l'on peut faire à 30

  • #13

    Marie Hélène (lundi, 29 janvier 2018 06:25)

    Aussi longtemps que je m'en souvienne, je me suis toujours dit: si j'avais pu faire vraiment, vraiment, vraiment ce que je veux au plus profond de moi, j'aurais été chanteuse.
    J'étais adolescente,à l'époque, mais je ne chantais pas, je ne me souviens d'ailleurs pas d'une seule fois dans ma vie où j'ai chanté, comme si c'était quelque chose qui n'était pas pour moi, mais réservé aux seules personnes qui avaient une belle voix, qui étaient douées pour le chant.
    Pourtant depuis quelques années, j'entends un appel de plus en plus fort, celui de la petite fille en moi qui se désespère de ne pas chanter. Chaque année en septembre, je vais voir des chorales pour prendre des renseignements et puis je n'ose pas me lancer...Et puis un jour j'ai rencontré Danièle au forum des associations de Saint Maximin, elle m'a dit: Venez chanter avec nous, vous allez voir Lisa Magrini est formidable. J'ai donc pris un prospectus et très vite je me suis inscrite à un stage de chant, de peur de changer d'avis. Le jour du stage est arrivé et j'avais très peur de ce qui allait se passer, j'avais raison car ma vie a été bouleversée: pour la première fois de ma vie j'ai osé chanter deux phrases d'une chanson devant plusieurs personnes. J'étais tellement émue que j'en ai pleuré.
    Ce stage m'a permis de me libérer et l'atelier vocal m'aide chaque semaine depuis presque un an à me libérer chaque fois un peu plus. La joie de chanter en groupe, le travail vocal, l'ambiance chaleureuse et la bienveillance de Lisa et de Matias, me permettent de progresser.
    Parfois je suis triste devant tout ce temps perdu, j'aimerais progresser plus vite. Mais ce que j'ai compris c'est que maintenant que j'ai commencé à chanter, je ne suis pas près de m'arrêter!!!!

  • #12

    Marie (dimanche, 28 janvier 2018 16:46)

    Belle histoire Lisa!
    De mon coté je n'ai jamais chanté, car mon papa qui chantait en chuchotant m'a dit un jour : "toi et moi on est pareil, on n'arrive pas à chanter, on a la voix trop douce".... de quoi me bloquer pour un bout de temps !!
    A 33 ans, après un parcours d'instrumentiste et quelques cours de chant laborieux ("bizarre tu n'as pas de voix mixte", "ah en fait tu chantes mieux en langue allemande", "tu ne peux vraiment pas chanter plus fort?", "ah en fait tu es alto", "ah en fait sur est une sopranino", "ouvre les voiles de ton diaphragme" etc...) j'attends mon premier bébé, et pour lui, juste pour lui je chante des berceuses, en toute intimité, puis j'apprends à m'accompagner à la guitare... toute la grossesse durant. Je suis arrêtée à 7 mois, donc pendant les deux derniers mois, le chant et la guitare seront mes principales activités. Je me sens alors en dialogue permanent avec mon bébé , il réagit , se réveille, donne des coups parfois ... je chante tout au long des contractions pendant l'accouchement pour inviter mon bébé à venir au monde et rester en contact avec lui.
    A la naissance, ma fille ne prend pas tout de suite le sein, elle pleure, s'énerve, les sage-femmes me stressent. Je commence une petite chanson et elle se calme immédiatement, les sage-femmes n'en reviennent pas ! Mais oui, elle connait déjà la chanson ! nous dialoguons déjà depuis longtemps ! Elle a trois ans aujourd'hui et nous chantons encore tous les jours ... J'ai donc trouvé ma voix avec la maternité !
    Bien sur c'est une voix non travaillée, mais j'espère bien y travailler un jour !! (peut-être avec toi????) bises

  • #11

    Julie (dimanche, 28 janvier 2018 07:16)

    Merci Lisa pour ce beau témoignage, et cette question. Pour ma part, je ne suis pas timide, et j'ai connu la scène d'une autre manière, en tant que conférencière. Le chant est pour moi un sorte de méditation et d'outil pour une "mise à niveau" vibratoire qui me permet de m'accorder avec le monde et les énergies qui m'entourent. Quand je chante, j'ai cette douce impression de flottement, de concordance parfaite, de justesse de l'instant et de l'espace. Je suis consciente que nous sommes des êtres de vibrations (nos cellules vibrent, c'est un fait scientifique) et de fréquences, mais je sais aussi instinctivement, au-delà des faits scientifiques, que quand je chante, je me sens mieux, je me sens bien, je me sens à la place. Le chant fait de moi une caisse de résonance infinie et sans limite qui me rappelle et me relie à mes origines universelles.

  • #10

    emmanuelle (dimanche, 28 janvier 2018 05:31)

    Chère lisa,
    j'ai beaucoup aimé ton texte, c'est intéressant de voir le parcours (tortueux) que la vie nous fait prendre pour arriver à de belles choses, n'est-ce pas?
    pour ma part j'ai commencé le chant au collège dans la chorale, on avait une prof vraiment géniale qui montait des comédies musicales; pendant une des représentation j'ai même fait le rôle d'Eponine dans "Les Misérables" et j'était super contente de monter sur scène.
    puis sur les conseils de cette prof j'ai commencé à prendre des cours de chant au conservatoire local; mais je ne sais pas trop pourquoi le chant ne m'apportait pas tellement de joie, je n'osait pas chanter chez moi et j'ai abandonné au bout de quelques années;
    et pendant l'année 2017 j'ai eu un "flash"! j'ai eu envie de réapprendre à chanter; la raison est que ma maman en fait depuis quelques temps et je voulais chanter quelque chose avec elle pour lui faire plaisir;
    et ce qui est drôle c'est que j'avais collé dans un carnet un tract qui avait plusieurs années de l'atelier de chant de lisa; j'ai retrouvé ce tract et j'ai envoyé un mail pour le prochain stage qui avait lieu en aout! (tu vois lisa c'est pas perdu de faire des tracts!)
    et maintenant j'ai encore bien du mal à chanter chez moi quand je ne suis pas seule mais j'ai vraiment très envie de chanter! aller sur scène aussi cela me plait beaucoup!
    j'aime aussi chanter avec les autres élèves qui d'ailleurs sont vraiment adorables;
    quand je chante j'ai l'impression de "dire" ce que je penses; ce ne sont pas des mots qui sortent mais ce "son" qui parle pour moi;
    merci beaucoup à lisa et mathias qui sont des personnes très attachantes et très talentueuses; bises

  • #9

    Tom (samedi, 27 janvier 2018 13:39)

    J'ai toujours aimé chanter, au collège j'étais souvent le premier à connaitre les chansons par cœur et à vouloir les chanter devant tout le monde. Sur mon bulletin de 3ème, mon professeur de musique m'avait conseiller de prendre des cours de chant et de continuer la musique (car il n'y a pas de cours de musique au lycée). Alors, j'ai cherché des chorales un peu partout mais je n'ai rien trouvé d'intéressant. Puis un jour, par hasard, je suis rentré dans une boulangerie et j'ai vu une affiche pour une chorale enfant et ados. J'ai donc demandé à ma mère de prendre le numéro et puis j'ai essayé. Je me suis retrouvé donc dans une petite salle avec d'autres ados et j'étais le seul garçon !! J'étais vraiment terrifié à l'idée qu'on m'entende chanter (pourtant je l'avais déjà fait mais là ce n'était pas pareil). Les premières séances étaient très dures, je n'osais pas du tout chanter à pleine voix de peur qu'on m'entende trop et qu'on me regarde !! Mais je me suis accroché et au fur et à mesure j'ai pris confiance en moi et j'ai travaillé ma voix. J'ai passé 2 ans dans le chœur des ados, j'ai pris beaucoup d'assurance, j'ai appris à placer ma voix et j'ai pris confiance à l'oral. J'ai donc commencé les cours individuel et je suis venu au chœur des adultes. Tout cela m'a permis, et me permet toujours, d'améliorer ma technique et de renforcer ma passion pour le chant. Le chant a pris une importance considérable dans ma vie. Cela m'a permis de faire des rencontres exceptionnelles notamment vous Lisa et Matias, vous êtes des excellents professeurs de chant par votre simplicité, votre partage et votre énergie ! Vous m'avez transmis cette passion de la musique et je vous en suis très reconnaissant ! Qu'est ce que le chant m'a apporté ? Énormément de bien-être, rien ne vaut une bonne heure de chant en groupe pour gagner une énergie considérable et un sourire jusqu'aux oreilles !
    Merci à Lisa et Matias et à toutes les personnes du chœur adulte, vous êtes tous géniaux !

  • #8

    Gilbert (jeudi, 25 janvier 2018 14:46)

    Grâce à toi, Lisa, j'ai retrouvé la joie du chant après plus 6 années d'interruption depuis notre migration en Provence. Jamais je n'aurais osé rêvé avoir un jour le privilège de travailler avec quelqu'un de ta qualité. Petit nouveau dans le Chœur des Ateliers, j'adore nos séances du lundi soir dans une ambiance si chaleureuse et c'est une joie de poursuivre le travail à la maison presque tous les jours. La musique fait partie de ma vie et la voix humaine est le plus bel instrument.
    Merci pour ta disponibilité, ta gentillesse, ton sourire, ta simplicité. Merci pour la musicienne, la chanteuse, la personne que tu es. Merci pour ce que tu partages de toi dans ce texte mais aussi à chaque rencontre.
    J'espère avoir encore longtemps la chance d'apprendre avec toi et Matias, et tous les participants aux Ateliers.

  • #7

    Danielle (mercredi, 24 janvier 2018 14:18)

    Suite ...
    Voilà maintenant un peu plus de deux ans que je chante ...
    Le chant c'est pour moi une libération : de mon énergie et de mes émotions. Faute de chanter du rock, j'apprends le baroque et j'adore !!! Les cours de chant me permettent d'acquérir une culture musicale et de rencontrer de belles personnes. Et surtout chanter me met en joie !!!
    Merci Lisa pour tous les beaux moments de partage et les expériences musicales et humaines que tu me fais vivre depuis que je te connais.

  • #6

    Danielle (mercredi, 24 janvier 2018 14:05)

    Quand j'étais au Lycée je voulais chanter dans la chorale mais on m'a fait comprendre que ma voix ne convenait pas ... plus tard je rêvais d'être chanteuse de rock mais vu qu'on m'avait refoulée au Lycée j'en suis restée au niveau du rêve question chant. Et puis un jour à 58 ans, quelqu'un m'a dit que chanter serait une bonne thérapie pour moi. Je me suis rendue au forum des associations, j'ai vu les stands de plusieurs chorales sans attirance,j'allais partir quand j'ai vu sur un stand une petite carte qui proposait de l'art-thérapie par le chant. Et là, j'ai flashé, je suis rentrée chez moi, j'ai appelé et 4 jours après je commençais ma nouvelle thérapie avec Lisa Magrini, pensant que j'en aurai fini au bout d'un an.
    Voilà mainten

  • #5

    Martin (mercredi, 24 janvier 2018 11:11)

    Merci Lisa de partager votre riche expérience avec la musique, merci de votre courage de partager vos sentiments, je suis absolument certain que cela sera très précieux pour vos élèves.
    Une réflexion finale: nous avons choisi notre chemin dans la vie, mais combien il est important d'avoir de bons enseignants!

  • #4

    Nicole (mardi, 23 janvier 2018 13:43)

    Lisa, ma chère Lisa, ton récit me touche profondément.
    En effet, comment imaginer cette petite fille timide et sauvage quand la belle jeune femme que j'ai rencontrée, il y a presque 2 ans, m'est tout de suite apparue forte, confiante, déterminée,..., et surtout dans le dialogue, la relation, l'accueil et la bienveillance. Aussi, je me suis laissée tenter par l'aventure de l'apprentissage du chant avec toi.
    Enfin ! (il était temps !), et du chant lyrique de surcroît...
    Et bien, moi qui ai 58 ans aujourd'hui, j'avoue avoir passé ma vie entière dans la frustration du "chanter"
    J'ai toujours su que j' adorais chanter.
    Enfant née dans une famille de paysans émigrés grecs, très modeste, seulement construite sur le mode "travail, travail, et encore travail de la terre", sans aucune ouverture intellectuelle ni culturelle, le silence des enfants était la règle. La loi de la télévision régnait, aucune discussion, aucun échange, "chut, on écoute les informations".
    Nous (mon frère et moi) devions nous taire.
    Malgré cela je chantonnais tout le temps. Au collège il y avait cours de musique et la professeur de chant avait perçu mes quelques dispositions au chant, elle me faisait chanter des solos, style "j'ai descendu dans mon jardin..." et j'adorais ça. Elle avait demandé à mes parents de les rencontrer, sans résultat.
    Lorsque je suis devenue monitrice de colonies de vacances (contre le gré de mon père), je choisissais toujours les thèmes " jeux chants danse". J'adorais apprendre à mes petits protégés de jolies chansons enfantines. Puis, j'ai décidé d'apprendre à jouer de la guitare, en autodidacte... pas facile, mais j'aimais m'accompagner sur quelques chansons de Le Forestier, de Crosby, Still, Nash and Young etc... À ma façon.
    Puis la vie m'a éloignée de cette passion qui me faisait vibrer et les années ont passé jusqu'à ce jour où, je ne sais quoi, sûrement la main d'un ange, m'a poussée sur la scène où Lisa chantait avec son Choeur des Ateliers, à Saint Maximin la Sainte Baume, lors d'un salon. Persuadée que n'importe qui pouvait se joindre au groupe de chanteurs, je me suis retrouvée (seule étrangère au groupe), précisément derrière toi, la chef de chœur, Lisa Magrini, qui ne s'est pas offusquée de mon intrusion, et s'est mise à chanter une impro suave, vibrante, délicieuse. Une envolée comme tu sais si bien offrir. Une émotion qui est allée chercher très profond dans mon, coeur, dans mon corps, dans mes tripes, m'a saisie, bouleversée, j'ai reçu un choc, une pluie de douceur, de nostalgie, de Soleil, de Joie, un mélange de sentiments enfouis, emmêlés, qui sommeillaient depuis fort longtemps. Tout ça à la fois. J'ai écouté les chants du Chœur et lorsque ce fut terminé je me suis sentie gauche d'avoir été là où je n'étais pas prévue d'être et en même temps, pleine d'une gratitude inattendue. Je suis allée m'excuser auprès de toi Lisa, et devant ta bienveillance j'ai fondu en larmes... Quelque chose avait percé un abcès tellement douloureux qu'il s'était fait oublier. Puis tu m'as expliqué que tu donnais des cours et que tu dirigeais cet Atelier auquel tu allais apprendre des chants grecs, et là, la boucle s'est bouclée.
    ............ �
    J'ai déjà beaucoup écrit, alors je me laisse un peu de temps pour aller chercher au plus profond de mon être le récit de tout ce qui s'est passé depuis cette RENCONTRE �
    Suite à un prochain partage. Si vous avez lu jusque là ! Merci ! �

  • #3

    Alicia (mardi, 23 janvier 2018 07:25)

    Lisa tu as touché mon cœur avec tes paroles. Tu es une grande artiste! Et surtout tu es une personne incroyable! Merci pour partager tout que tu nous as raconté de la petite chanteuse que t’habite! Excuse-moi mon français mais j’ai préféré te dire ça en ta langue. Yo también fui una niña muy tímida y cantar fue siempre expresión y alegría de mi alma. Cantar ante público no aprendí nunca, en la próxima vida quizás ja ja. Pero cantar aún sigue siendo una necesidad para mi, es salud, es supervivencia, es expandir el alma. Si no canto siento que me voy secando. Cuando canto me siento como una planta bajo la lluvia de verano.

  • #2

    Manon (mardi, 23 janvier 2018 04:34)

    Je ne suis pas très douée pour me confier, je dirai méme que je suis extrêmement douée pour cacher mes émotions, mes ressentis, et qui je suis. Les gens sont attirés par ma part de mystère, mon côté inattendu, j ai l air timide et calme alors que les amis me verraient plutôt comme folle et désinvolte, et que les mauvaises langues en rajoutent. Parfois je fais la gamine capricieuse et joueuse qui pleure et rit pour un rien, parfois je fais l adulte et je porte tous ceux qui ont du mal à avancer. Je me suis toujours appliquée à être celle que je devais être, le problème est que d une personne à une autre il faut s adapter, schizophrénie sociale. Qui je suis vraiment, seule la chanson le sait. Il n y a que quand je chante que je suis sincère, si bien sûr c est moi qui choisis la chanson! Si on m impose une chanson qui ne me parle pas, je serai sois fausse autant de la voix que dans l esprit, soit totalement monotone et Plate. J ai traversé dans ma vie des épreuves dignes d une série télévisée en plusieurs saisons, j ai à 26ans tout un passé et toute une expérience qui font que dans ma tête j ai plus du double. Les bleus de mon corps et ceux de mon âme, je les ai chantés, le manque l absence le deuil l amour la haine l amitié la solitude le désir le viol la révolte le dégoût le jour l espoir la désillusion la famille le froid la maladie la raison la vie et j en passe, j ai tout chanté. J ai quitté tout ce qui me hantait à la fin d une chanson, j ai obtenu parfois mes désirs les plus fous aussi. J ai fait revivre des fantômes en leur chantant mes songes, j ai ranimé des flammes éteintes, j ai poliment insulté, j ai sobrement aguiché, j ai le temps d une chanson eu le pouvoir de faire ce que je voulais, arriver à tout en restant rien. Les gens aiment entendre l histoire et qu'on la raconte avec passion, ils aiment se demander à la fin si c était vrai. Je n ai pas une voix extraordinaire, ni très travaillée, je n ai pas le physique des clips non plus, mais cette crédibilité semble fonctionner, je bluffe continuellement et cà fonctionne, parceque les gens n attendent pas quon soit excellent ou quon soit nous mêmes. Et pour quelqu'un qui ne veut pas se livrer, c est rassurant de savoir que les gens ne vont comprendre que ce qu'ils veulent comprendre, alors je peux être libre de crier tout bas, je peux être libre d aimer l interdit, je peux défier la mort. Le bluff libérateur, voilà ce que c est que le chant. Mais pour que cela fonctionne, il faut respecter une condition: redevenir pâle et insignifiante derrière le rideau, sourire et dire merci au final, démaquiller les paillettes, pour que le monde continue de croire que ce n était qu'un spectacle. Je me suis faite tatouer : the show must go on, cela devrait répondre à ta question !

  • #1

    Matias (mardi, 23 janvier 2018 04:04)

    J'ai beaucoup aimé ton article. En tant que chanteur il m'a ému ! Le chant m'a beaucoup apporté, moi aussi, à plusieurs niveaux. La confiance en soi, bien sûr, mais aussi un regard different sur la communication avec les autres. Et bien sûr, au niveau énergétique, plus d'équilibre, moins d'anxiété et d'angoisses, plus de connexion avec mon corps et ma force vitale...